Action connaissance formation pour la surdité

Le CTNERHI mène depuis 1998, à la demande du Ministère des Affaires Sociales, une étude de suivi longitudinal sur 10 ans des 50 premiers enfants sourds pré-linguaux implantés à partir d’avril 1998 dans les CHU de Trousseau (Paris), E. Herriot (Lyon), St Charles (Montpellier) et Purpan (Toulouse).
Les enfants devaient avoir une surdité acquise avant 2 ans, une implantation avant 7 ans, et ne pas présenter de troubles associés.
Un échantillon de référence était composé de 30 enfants sourds non implantés.

L’article traite du développement psychologique et particulièrement socio-affectif de l’enfant.
L’objectif est de vérifier l’innocuité des implants cochléaires sur les capacités de l’enfant à s’adapter aux conditions de vie familiale et scolaire.

“Influence des implantations cochléaires sur le développement socio-affetif de l’enfant sourd “
Handicap – revue de sciences humaines et sociales – N° 99 – 2003*Benoît Virole, Annick Bounot, Jésus Sanchez

Résumé : l’impact des implantations cochléaires chez l’enfant sourd sur le développement psychologique est appréhendé à partir d’une mesure de profil socio-affectif (PSA) réalisée tous les six mois pendant deux ans après l’implantation sur un groupe de 47 enfants sourds profonds prélinguaux dans quatre sites hospitaliers français.

Les résultats globaux attestent de résultats normaux comparativement à une population d’enfants entendants ainsi qu’une amélioration de l’adaptation socio-affective générale de la majorité des enfants sourds au fil du temps après la pose de leur implant cochléaire.
L’amélioration concerne surtout l’humeur et les capacités d’intégration avec les autres enfants.
Sur l’ensemble du groupe, six cas sont nettement déviants sur l’échelle adaptative globale après l’implantation cochléaire sans toutefois que celle-ci puisse être directement incriminée.

Au fil du temps, quatre d’entre eux conservent des profils anormaux sur au moins un facteur du profil socio-affectif mais tous retrouvent des scores globaux normaux.
Enfin, il semble que la précocité de l’implantation soit bien corrélée avec la qualité de l’adaptation socio-affective ultérieure.

*cette étude fait partie du protocole de “suivi longitudinal sur dix ans d’enfants sourds pré-linguaux implantés” sous la direction scientifique de Jésus Sanchez, dont une présentation en a été faite dans le N°98 (J. Sanchez, A. Bounot, V. Ansel (2003), Suivi longitudinal sur dix ans d’enfants sourds pré-linguaux implantés, Handicap, Revue de sciences humaines et sociales, 98, 63-69)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *