Action connaissance formation pour la surdité

  • Vue de cet article168
  • Vous aimez0
  • Evaluez cet article12345

Objectif
A l’issue du stage, les participants auront une représentation claire de chaque catégorie grammaticale
abordée et seront en mesure de mettre en regard :
– d’une part les explications fournies par la grammaire classique et scolaire,
– d’autre part ce que nous enseigne la psychomécanique du langage,
– enfin ce qu’il en est s’agissant du système de la langue des signes
afin d’adapter et d’optimiser leurs stratégies éducatives dans le cadre de la prise en charge des enfants
sourds et l’accès au langage (français oral et écrit ou bilinguisme).


Contenu
“Les techniques de rééducation du langage font appel à une compréhension très fine de ce que doit
faire l’enfant pour réinventer à partir de ce qu’il en voit faire, le psycho-système de la langue. Il entre
là en jeu des facultés naissantes et puissantes (…) qui ne peuvent être fortifiées que par des exercices
savamment déterminés. (…) la tâche de rééducation est de faire de l’enfant un structuraliste” Gustave
Guillaume.
Ce stage a pour but de donner aux professionnels de la surdité une idée exacte des opérations de pensée
qui sous-tendent les emplois et permettent les effets de sens en discours, pour qu’ils puissent élaborer
des séquences qui prennent en compte l’activité constructrice de l’enfant (“faire de l’enfant un
structuraliste”) et soient en mesure de ne donner aucune explication qui compromette cette activité.
Seront abordés les notions suivantes :
– le mode de construction du mot français et par contraste celui du signe de la langue des signes,
– les catégories grammaticales,
– l’opposition nom/verbe,
– le nom, l’article, le pronom personnel, le genre, le nombre
– le verbe, aspect, mode, personne, temps
– exemples d’application pédagogique en classe
N.B. La référence à la langue des signes n’implique pas que les participants la maîtrisent. La présentation
contrastive des procédés très différents mis en oeuvre par le français et la langue des signes pour traduire la
même opération de pensée (singulier/pluriel par exemple) est très éclairante en ce sens qu’elle aide à mieux
comprendre l’opération de pensée en question.

INFORMATIONS PRATIQUES (formation réservée aux adhérents)
Dates : 14, 15 et 16 juin 2017
Durée : 3 jours – 18h
Tarif : 500 euros
Public : professionnels de la surdité : orthophonistes, enseignants spécialisés…
Nbre minimum de participants : 15

Intervenants Philippe GENESTE, Enseignant, Formateur au CNFEDS
Philippe SERO-GUILLAUME, Linguiste